Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Signé entre la wilaya d’alger et la région paca - Petit traité d’amitié algéro-français

L’Algérie est le premier partenaire économique de la région Paca.

C’est un véritable plaidoyer pour le développement des relations algéro-françaises qu’a présenté M. Michel Vauzelle, président du conseil régional Provence-Alpes-Côte d’Azur (Paca), lors de son allocution prononcée hier au cours de la conférence sur le partenariat économique entre la capitale et cette région.

Il a mis en avant l’accord de coopération signé en 2005 entre la wilaya d’Alger et le conseil régional Paca. “C’est un accord d’amitié entre Alger et la région Provence-Alpes-Côte d’Azur”, a-t-il qualifié l’arrangement, dans un contexte marqué par le différend entre l’Algérie et la France sur la reconnaissance par Paris des méfaits de la colonisation française en Algérie et qui retarde la conclusion d’un traité d’amitié entre les deux pays. Michel Vauzelle a déclaré que la France a besoin de l’Algérie pour au moins deux raisons essentielles.

Primo : l’Hexagone est lié à l’Algérie par des liens culturels. Secundo : les deux pays font partie d’une seule et même région (la Méditerranée). Face à la mondialisation, la politique européenne devrait être plus équilibrée et se réorienter vers la rive sud de la Méditerranée, être plus attentive à ces pays, à développer un véritable partenariat économique avec les pays tiers-méditerranéens, notamment avec l’Algérie. Il est plus facile de nouer des affaires eu égard à ces liens culturels entre des opérateurs français et algériens qu’avec des chinois et des indiens, a-t-il ajouté.

Le président du conseil régional Paca a tenu à livrer un message d’amitié. Tisser et approfondir les relations de coopération entre la capitale et cette région, telle semble être la perspective tracée par cet accord. Il devra aboutir à des opérations concrètes. Il va concerner trois volets dans une première phase : la conservation du patrimoine local, l’aménagement du territoire et l’environnement. De son côté, M. Bendjaber, président de la chambre de commerce et d’industrie, a mis en relief la coopération existante pour créer des pépinières d’entreprises entre la CCI de Marseille et la CCI du Sahel. Il s’agit de dupliquer cette expérience à l’ensemble des CCI du pays. Enfin, ce pas vers le renforcement des relations entre les deux régions et, partant, entre les deux pays se justifie également par l’importance de l’Algérie dans l’économie de la région Paca : cette dernière est la troisième région économique de France. Elle a un PIB de 112 milliards de dollars. L’Algérie, elle, est le premier partenaire économique de la région Paca en Méditerranée (hors UE). Elle représente 12% des échanges totaux du port de Marseille. Du reste, la région Paca accueille 54 000 Algériens, soit 19% de la population étrangère.


------------------------------------------

Dernier bilan des privatisations - 212 entreprises cédées à fin mai 2006


Ces opérations se sont traduites par le maintien de 15 399 emplois et la création de 9 113 nouveauxx postes de travail.

À travers une communication présentée par le représentant du ministère des participations et de la promotion de l'investissement, M. Aouadi, lors de la rencontre tenue, hier, au siège de la chambre algérienne de commerce et d'industrie, sur le partenariat économique entre Alger et la région Provence-Alpes-Côte d'Azur (PACA), à l'occasion de la visite en Algérie de Michel Vauzelle, président du conseil régional PACA, ce département a livré les derniers chiffres sur les privatisations.

Il ressort que le processus semble avancer à un rythme plus rapide en comparaison entre le premier semestre 2006 avec l'année 2005. Depuis 2003, 212 entreprises ont été privatisées : 100 au titre des privatisations totales, 28 privatisations partielles dont 23 correspondent à une acquisition de plus de 50% du capital, 19 partenariats, 65 sociétés reprises par les salariés. Si l’on tient compte des cessions d'actifs au privé au nombre de 57 et la cession d'actifs aux institutions au nombre de 73, le ministère des participations et de la promotion de l'investissement (MPPI) enregistre au total 342 opérations de privatisation depuis 2003. Le représentant de ce département affirme qu'elles n'ont pas conduit à des pertes d'emploi.

Ces opérations ont permis plutôt de maintenir 15 399 emplois et de créer 9 113 nouveaux postes de travail. Entre 2005 et mai 2006,

11 999 emplois ont été préservés et 5 513 emplois ont pu être créés. Pour les grandes opérations, outre la reprise de Sider et de l'Enad par respectivement Mittal Steel et Henkel, le MMPI enregistre en 2005 la reprise d'Asmidal par l'entreprise espagnole Villar Mir. “Toutes les briqueteries seront bientôt privatisées (au nombre de 25). Nous enregistrons la cession totale des unités d'eau minérale et de raffinage d'huile et prochainement de toutes les minoteries”, a ajouté M. Aouadi. Concernant les entreprises françaises, en particulier le carrossier BTK, il est toujours en négociation avec la SNVI pour la reprise de l'unité carrosserie de Tiaret. Le représentant du MMPI a indiqué que 66 réunions des conseils des participations de l'état se sont tenues. Elles se tiennent à un rythme de deux séances par mois. Chaque réunion traitée plus de 10 dossiers.

Concernant les résultats du road-show de Marseille, il y a eu 89 contacts dont 16 se poursuivent. La société Bouton les Abeilles est en contact avec la SGP Ports pour la concession d'infrastructures portuaires, la SNCM avec la Cnan pour une prise de participations dans l'une de ses filiales. Pour accélérer les choses, Hamid Temmar se rendra bientôt à Toulouse pour un nouveau road-show, a indiqué M. Aouadi.

À noter que le secteur public compte 1 060 entreprises : 145 grandes entreprises, 645 moyennes et 265 petites entreprises. Il englobe 1 270 entités juridiques. Les 28 sociétés de gestion des participations de l'état chapeautent 81 groupes d'entreprises, 713 filiales et 459 EPE. Des entreprises sont traitées de façon spéciale. Elles ne sont pas affiliées aux SGP. Il s'agit de la SNTA, d'Air Algérie, de la SNVI, de Saidal, d'EMA, de Sofinance et d'Ecofie.

Marseille,06 06 2006
Rédaction
Liberté Algérie
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |