Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

La mobilité des artistes dans l¹espace euro-méditerranéen

Un lieu d¹échange entravé par de nombreux obstacles

La mobilité des artistes et des oeuvres dans l¹espace euro-méditerranéen se heurte à des obstacles, a affirmé, vendredi à Fès, Mme Catherine Lalumière, présidente de la Maison de l¹Europe, ancien ministre et ancien vice-présidente du Parlement européen.

Intervenant dans le cadre des premières assises de la mobilité des artistes, des oeuvres et des opérateurs culturels dans l¹espace Euro-Med initiées les 12 et 13 mai par le fonds Roberto Cimetta, en partenariat avec l¹ambassade de France au Maroc et l¹Institut français de Fès, Mme Lalumière a estimé que «cette mobilité se heurte à pas mal d¹obstacles».

«Ceci est un paradoxe car la Méditerranée a toujours été un lieu des échanges», a-t-elle estimé, déplorant que»la Méditerranée génère aujourd¹hui des obstacles particuliers tels que les conflits politiques, le déséquilibre économique entre le Nord et le Sud».

Le résultat étant à la fois la poussée migratoire du Sud et la tentation de fermeture des frontières de l¹union européenne, a dit l¹intervenante, relevant toutefois que l¹union a «besoin de la vitalité qui vient du Sud».
Selon Mme Lalumière, le fossé culturel existant entre le nord et le sud de la Méditerranée est le fruit d¹une méconnaissance mutuelle qui conduit à une incompréhension réciproque et donc à une méfiance entre le nord et le sud. La politique et la culture sont au sens large deux choses totalement imbriquées l¹une à l¹autre profondément, a insisté l¹intervenante.

Pour M. Jacques Laemlé, conseiller de coopération adjoint au service de coopération et d¹action culturelle de l¹ambassade de France, le problème réel est celui de la mobilité des oeuvres.

«La frustration considérable pour les artistes de ne pas voir leurs oeuvres exister et reconnues en tant que telles, n¹est pas de la seule responsabilité des pays du nord», explique l¹intervenant, notant au passage les conditions de la production des oeuvres, l¹absence de statuts des artistes et la frilosité des professionnels européens à l¹égard des créations des pays du Sud.

Il faudrait, suggère-t-il, réfléchir sur la question de la mobilité non pas seulement du Sud vers le Nord mais également Sud-Sud.

M.Fabien Jannelle, directeur de l¹office national de diffusion artistique (France) a quant à lui donné un aperçu sur la création du fonds Roberti Cimetta créé à Paris à partir de 1997/1998 pour donner un sens positif à une histoire commune liant la France aux pays de la rive sud de la Méditerranée.
Au fil des années, les financements difficiles se sont consolidés malgré l¹inexistence de soutiens des différents gouvernements composant l¹union, rappelle-t-il. Le fonds, qui regroupe des experts dans différents pays, a octroyé plus de 600 bourses aux artistes ayant des projets. Cependant, poursuit l¹intervenant, toute initiative appelle des moyens, la mobilité étant une nécessité absolue, une «condition sine qua non pour permettre aux personnes de se rencontrer et de se connaître».

Mme Judith Neisse, présidente du Fonds Cimetta a expliqué comment l¹institution est devenue à partir d¹une initiative personnelle, l¹unique bailleur de fonds dédié à la mobilité artistique, affirmant que des organismes internationaux se sont inspirés de la démarche initiée par le fonds pour promouvoir la mobilité comme un résultat de leur action.
Elle a ensuite rappelé que le fonds Cimetta est le seul à avoir inscrit la mobilité comme une nécessité et non un outil.

Pour elle, le constat depuis 2000 est que le contexte de la situation politique de la région appelle à revisiter le concept de la mobilité qui s¹impose par un état des lieux et par une révision des mécanismes. Comment la mobilité peut-elle créer des liens entre les cultures d¹origine et les populations immigrantes en Europe?, s¹interroge-t-elle.

Les travaux de cette rencontre de deux jours se sont poursuivis par des interventions sur les actions et stratégies dans le sens de la mobilité artistique exposées par différents opérateurs culturels européens notamment la fondation Anna Lindh.

Trois ateliers figurent au programme de ces premières assises «enjeux économiques et migratoires», «la mobilité des acteurs culturels : formations et réseaux» et «la mobilité des oeuvres, des produits culturels et artistiques».

Ces assises sont organisées à l¹occasion de l¹année de la mobilité dans l¹union européenne afin d¹ouvrir une réflexion structurée et partagée sur le concept de la mobilité dans l¹espace Euromed :mobilité des artistes, mobilité des oeuvres, mobilité des opérateurs culturels.

Le fonds Roberto Cimetta, qui a été jusqu¹à présent la seule action pragmatique et concrète à soutenir la mobilité des artistes et professionnels des arts vivants contemporains dans cette région, souhaite partager et élargir son expérience avec d¹autres partenaires qui ont déjà une action en terme de mobilité ou de développement culturel dans la région Euro-méditerranéenne.

Casablanca,05 22 2006
Rédaction
Al Bayane
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |