Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Nouveau projet de résolution franco-US en gestation pour l’application entière de la 1559

Conseil de sécurité - Le sujet a été discuté par Chirac et Condoleezza Rice

Des concertations internationales actuellement en cours ont montré que le Conseil de sécurité pourrait adopter une résolution focalisée sur les dispositions qui n’ont pas encore été appliquées contenues dans la résolution 1559 du 2 septembre 2004.

En effet, seule la disposition relative au retrait des forces syriennes a été mise en œuvre à ce jour.

Des informations diplomatiques ont indiqué que la non-application d’une partie de la 1559 a irrité les États-Unis et la France, qui discutent aujourd’hui des moyens qu’il faudrait déployer pour aboutir à une application complète du texte en question, même si cela se fait d’une manière progressive. Le dernier contact entre les deux pays à ce sujet a d’ailleurs eu lieu dernièrement à Paris entre le président français, Jacques Chirac, et la secrétaire d’État américaine, Condoleezza Rice, une rencontre qui a abouti à un accord sur le principe d’une nouvelle résolution qui ne portera que sur les parties non appliquées de la 1559, et qui appellera le gouvernement libanais et toutes les parties concernées à coopérer à ce niveau.

Le prochain rapport au Conseil du secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan, le 19 avril prochain, devra d’ailleurs aborder cette question, puisqu’il critiquera l’infiltration des armes vers le territoire libanais, en direction de certaines parties libanaises et palestiniennes. Le rapport devra également saluer le dialogue qui se déroule actuellement au Liban et souligner la nécessité de son succès dans tous les points qui y ont été débattus sans exception.

Par ailleurs, le projet de cette nouvelle résolution, qui consacrera pour le tandem Paris-Washington une nouvelle manière de traiter avec le problème, a été intégré à l’agenda du représentant de Kofi Annan pour l’application de la 1559, Terjé Roed-Larsen. Ce dernier a en effet défendu le projet lors de la tournée, la plus importante jusqu’à aujourd’hui, qu’il a effectuée auprès de plusieurs capitales occidentales, asiatiques et arabes, et de laquelle il a exclu Damas, sans doute en raison du manque de coopération du pouvoir syrien.

Des sources bien informées ont en outre précisé que les États-Unis, la France et la Russie sont conscients que la Syrie peut jouer un rôle très important dans l’application de ce qui reste de la 1559, notamment en ce qui concerne la démission du président de la République, Émile Lahoud. Mais les efforts russes, saoudiens et qataris pour pousser Damas à coopérer se sont avérés jusque-là sans efficacité. Dans ce cadre, les sources ont indiqué que Ryad a tenté d’améliorer l’état des relations franco-syriennes, mais que le président Chirac a posé trois conditions pour que ces relations reviennent à la normale : la coopération syrienne à l’enquête sur l’assassinat de Rafic Hariri, la mise en place de relations diplomatiques entre le Liban et la Syrie, et la délimitation des frontières entre les deux pays.

Les mêmes sources ont enfin mis en exergue le nouveau « langage » occidental concernant le dialogue libanais, puisque les puissances concernées veulent désormais montrer que les deux questions problématiques auxquelles s’est heurté ce dialogue, la présidence et le Hezbollah, n’intéressent pas uniquement le Liban, mais aussi la communauté internationale. Elles ont en outre indiqué que la conférence d’aide au Liban, Beyrouth I, pourrait être reportée une troisième fois si les différentes parties libanaises ne se mettent pas d’accord sur le programme de réformes, mais aussi sur les points litigieux soumis au dialogue, les puissances donatrices, et notamment la France, ne voulant pas répéter l’expérience de la conférence Paris II.

Beyrouth,04 10 2006
Rédaction
L'Orient le Jour
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |