Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

L’UE souhaite une plus grande intégration des pays méditerranéens

Conférence de l’Euromed sur le commerce

Les ministres du Commerce de l’Union européenne et des pays partenaires méditerranéens se réunissent aujourd’hui à Marrakech, au Maroc, pour la cinquième conférence euro-méditerranéenne sur le commerce.

Cette conférence vise à promouvoir les relations économiques et commerciales dans la région, indique le communiqué de la Délégation de la Commission européenne au Liban, reçu hier.

Aussi, les ministres doivent confirmer leur engagement de créer une région intégrée de libre-échange à l’horizon 2010. La conférence s’achèvera sur l’ouverture officielle des négociations sur la libéralisation du commerce des services et du droit d’établissement entre l’Union européenne et un premier groupe de pays méditerranéens, poursuit le communiqué.
« La libéralisation du commerce des services entre l’Union européenne et les pays de la Méditerranée va alimenter la croissance économique et stimuler les investissements. Le lancement de ces négociations est une étape importante sur la route qui conduit à la région de libre-échange euro-méditerranéenne », a estimé le commissaire européen au Commerce extérieur, Peter Mandelson, avant son départ pour Marrakech.

Outre les négociations sur la libéralisation des services, les ministres examineront les moyens de renforcer l’intégration régionale Sud-Sud, le commerce intrarégional ne représentant actuellement que 15 % du total des échanges de la région, la convergence réglementaire sur les produits industriels, un approfondissement de la libéralisation du commerce des produits agricoles ainsi que l’amélioration du cadre juridique et institutionnel. Les ministres feront aussi le point sur les négociations OMC à Doha et les progrès nécessaires pour parvenir à un succès fin 2006, voire début 2007. Cette conférence a lieu quatre mois après le sommet de Barcelone qui a célébré le dixième anniversaire du processus du même nom, souligne le communiqué, afin de donner une impulsion politique au projet euro-méditerranéen avec un programme de travail ambitieux pour le commerce.

Soutenus par un désarmement tarifaire progressif, les échanges entre les deux rives de la « Grande Bleue » ont connu une croissance régulière. En 2004, l’UE était le plus important partenaire commercial des pays méditerranéens, comptant pour environ 45 % de leurs exportations (soit quelque 40 milliards d’euros) comme de leurs importations (42 milliards d’euros).

Mais ces dix pays rassemblant plus de 175 millions d’habitants, et dont la croissance s’est fortement redressée depuis 2001, pèsent pour 5 % seulement des échanges extérieurs de l’UE.

Échanges de services

À Marrakech, les Européens plaideront notamment pour un développement des échanges de services, un secteur qui représente 70 % du PIB en Jordanie et au Liban, 60 % en Tunisie, 50 % en Égypte, au Maroc et en Syrie.

L’UE estime que le potentiel de développement à l’échelle de l’Euromed est considérable et ses responsables citent des études de la Banque mondiale qui indiquent que la libéralisation des services augmenterait de 13 % le PIB égyptien, de 21 % si elle s’accompagnait d’un accès ouvert aux marchés européens.
Les Européens plaident aussi pour une libéralisation des régimes d’investissement chez leurs voisins de la rive Sud, en notant que depuis 2000 ils n’ont attiré que 1 % en moyenne des flux européens d’investissement direct étranger. Un autre dossier sensible est celui du textile, les producteurs de Tunisie et du Maroc, où ce secteur pèse très lourd dans l’activité industrielle, ayant souffert depuis janvier 2005 d’une concurrence chinoise renforcée par la fin des quotas textiles.

M. Mandelson reste attaché à l’idée « de transformer l’ensemble du bassin méditerranéen en une usine unique » dans le secteur textile, afin d’aider les industriels des deux rives à affronter la concurrence asiatique.

L’UE et ses partenaires sont ainsi en train de mettre en place la consolidation régionale des règles d’origine à l’échelle de l’Euromed, qui fera qu’une pièce de tissu marocaine pourra être coupée en Tunisie, finie en Turquie et exportée vers l’UE à un tarif douanier préférentiel.

L’UE a par ailleurs créé un forum pour aider les producteurs méditerranéens à diversifier leurs méthodes de fabrication et à augmenter la qualité de leurs produits textiles.

Beyrouth,03 27 2006
Rédaction
L'Orient le Jour
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |