Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Flexibilité du taux de change - Jouahri annonce la couleur

· Change fixe et économie ouverte: incompatibles
· Flexibilité d’ici 2009-2010
· Optimiser la gestion des avoirs extérieurs


Sortie médiatique du gouverneur de Bank Al-Maghrib (BAM) teintée d’optimisme. Stabilité des équilibres macroéconomiques, maîtrise de l’inflation, compte courant excédentaire, déficit budgétaire financé sans que cela ne provoque une hausse des taux, Abdelatif Jouahri n’a pas manqué d’arguments lors du point de presse annuel organisé le 13 mars au siège de la Banque centrale.

Cela ne l’empêchera pas de répertorier tous les goulots d’étranglement qui entravent encore et toujours la bonne transmission des effets de la politique monétaire. «Il n’est pas normal que dans le contexte actuel, la PME continue à se faire facturer des taux débiteurs à 2 chiffres!» dénonce-t-il.

Mais la situation a peu de chance d’évoluer tant que n’auront pas abouti les multiples chantiers engagés notamment pour améliorer la qualité de l’information commerciale et financière, remodeler le système de garantie et redynamiser le financement de la mise à niveau…

Mais ce n’est pas tout, une politique monétaire ne peut être efficace que si elle est accompagnée d’une politique budgétaire rigoureuse et d’une politique de change adéquate. Et là, fini la langue de bois! Sur le plan budgétaire, il faut arrêter de courir après les recettes tous azimuts et mieux maîtriser la masse salariale de la fonction publique. «Des efforts louables sont en train d’être accomplis». Par ailleurs, le Maroc ne peut plus échapper à la flexibilité de change. «Le taux d’inflation est bon, l’économie s’ouvre sur l’extérieur. Nous ne sommes plus à l’abri de capitaux volatiles. Il faut des instruments adéquats pour contrecarrer des retraits massifs et éviter des situations de crise». Alors autant s’y préparer dès maintenant.

Il n’y a pas de «désalignement» du dirham, toutes les analyses récentes l’affirment, y compris celles de la Banque mondiale et du FMI.

Mais le système de change flexible requiert des préalables: une politique budgétaire soutenable et rigoureuse à moyen terme et un système bancaire solide et rentable. Il faudra attendre 2009-2010, pour une flexibilité totale. D’ici là, BAM procèdera par étapes. Il lui sera possible d’intégrer le taux de change comme instrument de politique monétaire et surtout d’optimiser la gestion des avoirs extérieurs (165 milliards de DH à fin 2005).

Casablanca,03 21 2006
Mouna Kably
L'Economiste
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |