Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Premières télés et radios privées en avril

· Nouveau coup de pouce à la réforme de l’audiovisuel
· Quatre projets de télés jugés recevables


LE compte à rebours pour le lancement de nouvelles chaînes de télé et radios vient de commencer. Le Conseil supérieur de la communication audiovisuelle (CSCA) entamera en effet mercredi prochain les auditions des porteurs de projets de radios et télés privées.

Cette série d’auditions fait partie du processus d’instruction et d’évaluation des dossiers de demandes soumis à la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA) et concerne l’ensemble des projets proposant des services non relayés et ayant satisfait aux conditions de recevabilité fixées par la loi 77.03 relative à la communication audiovisuelle.

L’ensemble des appels à concurrence décidés par le CSCA, huit au total, seront lancés simultanément ce vendredi 10 mars. Les postulants concernés par cette procédure seront saisis individuellement par le CSCA et auront un délai de trois semaines, soit jusqu’au 31 mars 2006, pour compléter leurs dossiers et faire valoir les atouts concurrentiels de leurs projets, précise la même source.

«Quatre des neuf dossiers de demandes de licence pour la télévision ont été déclarés recevables par le CSCA et sont soumis actuellement aux évaluations appropriées dans le cadre d’un traitement en prévision de procédures de gré à gré». Concernant les radios, sur les 52 demandes proposant des services radiophoniques non relayés, tous genres et toutes couvertures confondus, 21 n’ont pas encore rempli les conditions de recevabilité juridique. En revanche, 31 ont été déclarées recevables par le CSCA-A l’issue des différentes évaluations qui seront faites de l’ensemble des dossiers de demandes d’établissement et d’exploitation de services radiophoniques et télévisuels, le CSCA rendra les décisions portant octroi de la première vague de licences correspondantes, au cours de la première semaine du mois d’avril de l’année en cours, conclut le communiqué. Ces nouvelles licences complètent ainsi la série de mesures qu’a prise le Maroc au cours de ces derniers mois pour réformer son secteur de l’audiovisuel: création de la SNRT, création d’une radio coranique, d’une chaîne éducative, introduction de cours de berbères, d’un chaîne régionale à Laayoune.

Synthèse L’Economiste

--------------------------------------------------------------------------------

Projets télés et radios: Qui sont les candidats

· Les 4 projets télé potentiels
· Les radios les plus «viables»
· Rien de définitif avant le 4 avril


C’EST ce mercredi que débutent les auditions des porteurs de projets de télévision et radio. Une commission technique du Conseil supérieur de la communication audiovisuelle (CSCA), composée en majorité de cadres de la haute autorité de la communication et de l’audiovisuel (HACA), doit, du 15 au 23 mars, rencontrer ces porteurs de projets.

Les candidats disposeront d’une heure chacun pour défendre leur dossier. Les travaux de la commission obéiront à un calendrier précis. Une fois les auditions achevées, un délai supplémentaire de cinq jours (du 24 au 28 mars), est donné à ces candidats pour fournir des compléments d’information lorsque cela aura été jugé nécessaire par la Commission. Ce ne sera pas fini pour autant puisque l’évaluation de l’appel à concurrence prévue pour l’octroi des licences radio n’aura lieu qu’à partir du 30 mars. Elle prendra fin le 4 avril. C’est donc à cette date que sera connue la première tranche des futurs opérateurs de télévisions et de radios privées marocaines. Depuis plusieurs semaines déjà, plusieurs noms de porteurs de projets «fiables» circulent. Le sujet passionne, d’abord parce qu’il s’agit de la toute première initiative de ce genre au Maroc.
Le téléspectateur marocain, qui ne dispose jusqu’à présent que de deux chaînes nationales (SNRT et 2M-Soread), est demandeur de programmes différents de ceux diffusés actuellement. Mais ce n’est pas tout. Le pays, qui veut vivre au rythme d’une transition démocratique moderne et qui a adopté une loi libéralisant l’audiovisuel, doit concrètement entamer cette ouverture. La réussite audiovisuelle, si réussite il y a, est avant tout politique.

Certains projets de télé sont déjà connus. C’est le cas de Médi I Sat dont la création avait été annoncée par le président Jacques Chirac lui-même. Le projet de couverture nationale sera orienté vers l’information et les services. Il figure sur la liste des quatre dossiers de demande de licence sélectionnés par le CSCA.

D’autres projets sont moins connus. Et les informations qui circulent émanent de l’entourage, voire des candidats eux-mêmes. Des sources au sein même de ces candidats avancent divers noms. Le deuxième projet retenu s’appellerait donc RITMO TV et serait exclusivement orienté musique. Il s’agirait d’un investissement italien. La troisième télévision privée porterait le nom de CANAL 3M et serait une télévision régionale couvrant Casablanca et Marrakech. Son initiateur, un investisseur français du nom de Pierre Lambert, aurait choisi ces villes en raison du pouvoir d’achat. Le quatrième projet baptisé 3TVEM serait généraliste.

Côté radios, 31 demandes ont été déclarées recevables par le CSCA (cf. www.leconomiste.com). Une partie d’entre elles sera soumise à appel à concurrence. Ce qui suppose que les porteurs de projets doivent convaincre les membres de la commission au cours des auditions. Ce sont essentiellement les projets à caractère régional, qui émettront notamment sur Casablanca et Marrakech, qui sont considérés comme les plus «solides». Ce qui ne signifie pas pour autant qu’ils résisteront, à terme, à la forte concurrence sur le segment radio. Ici aussi, plusieurs noms circulent, particulièrement pour les catégories considérées comme à forte concurrence. Ces projets sont maroco-étrangers.

Il faut toutefois indiquer que le nombre de fréquences pour émettre sur l’axe Casablanca-Marrakech-Casablanca serait faible par rapport à la demande et donc fortement concurrentiel. Les rumeurs parlent de FC Radio, une station à laquelle participerait Mounir Majidi, connu dans le monde des affaires, notamment dans l’affichage où il possède FC Com, une des plus grandes sociétés de la place. Le groupe Chaâbi serait également candidat avec une radio du nom de Caffoumym. Radio Galileo, un autre projet, serait présenté par le fils de Driss Jettou et un groupe français GFM. Sur la liste Radio KFM, qui appartiendrait à un homme d’affaires marocain du nom de Belaghmi. Le groupe français Start connu en France dans l’audiovisuel investirait dans Radio Hit Music en association avec Younes Boumehdi, fils du Général Boumehdi. D’autres noms circulent. Le groupe Eco-Médias, éditeur de L’Economiste et Assabah, a également déposé un dossier de demande de radio spécialisée en économie. Le journaliste Abdellah Stouky a également formulé une demande d’émission sur Marrakech avec Bahja FM.

Rien n’est toutefois officiel. Il faudra donc attendre le 4 avril prochain pour disposer de la liste définitive. Le monde de l’audiovisuel est en pleine ébullition.

Des rumeurs circulent également concernant 2M-Soread . La récente nomination de Fayçal Laraichi à la présidence de son conseil d’administration, laisse présager des changements à la tête de la chaîne, dans les semaines à venir. Mais tout dépendra là aussi de la stratégie du nouveau président et des décisions qui seront prises pour la gestion de la chaîne.

Du pain sur la planche pour LMS-Médiamétrie

La société LMS-Médiamétrie, qui vient de remporter l’appel d’offres pour la mesure de l’audiométrie au Maroc, a du pain sur la planche. Les projets de télévisions et de radios disposeront de mesures d’audience. Les annonceurs devront, si la loi du marché est respectée (ce qui n’est pas toujours le cas en la matière), demander ces mesures pour dispatcher leur budget publicitaire.


Casablanca,03 21 2006
Rédaction
L'Economiste
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |