Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Nouveau souffle pour les relations libano-helléniques en mai

ÉCHANGES - Délégation d’hommes d’affaires grecs à Beyrouth

Les délégations commerciales européennes se succèdent au Liban. L’objectif est le même : conforter les relations économiques et commerciales bilatérales. Après les délégations d’hommes d’affaires canadiens et chypriotes, c’était le tour hier des hommes d’affaires grecs. Ces derniers ont effectué une visite d’exploration du pays. L’escale beyrouthine de 24 heures intervenait au terme de visites similaires entreprises par la délégation à Amman et à Damas.

Les échanges commerciaux entre le Liban et la Grèce sont on ne peut plus timides. Les exportations de la Grèce vers le Liban se sont élevées à 97,5 millions de dollars en 2005 alors que les exportations du Liban vers la Grèce ont totalisé 13,5 millions de dollars.

Olga Mezeridou, conseillère économique et commerciale à l’ambassade de Grèce, déclare qu’un certain nombre d’hommes d’affaires ont annulé au dernier moment leur voyage à destination de la région en raison des derniers développements de la situation. La délégation grecque a ainsi été réduite à six opérateurs dans des secteurs variés dont l’agroalimentaire et les équipements médicaux.
Une autre délégation est attendue en mai à Beyrouth. Elle regrouperait une vingtaine de membres de la Chambre arabo-héllénique.

Olga Mezeridou affirme que les relations entre les deux pays avaient pris un nouveau souffle en janvier 2004 lors de la visite d’État du président de la République grec Costis Stephanopoulos dans la capitale libanaise et la tenue d’un forum économique libano-héllénique. À cette époque, trois accords de coopération avaient été signés par les deux pays dans les secteurs du tourisme, de l’agriculture et du transport. « Mais les événements fâcheux qui se sont produits par la suite sur la scène locale ont quelque peu freiné cet élan », dit-elle.
Gaby Tamer, président du conseil des hommes d’affaires libano-grecs et vice-président de la CCIAB, souligne que la Grèce peut servir de plate-forme aux opérateurs libanais du secteur privé en direction de l’Europe, mais surtout vers les pays des Balkans avec lesquels la Grèce entretient des relations privilégiées. Selon lui, le Liban peut à son tour servir aux Grecs de tremplin vers les pays du Proche-Orient.

Il rappelle que l’Organisation grecque des foires internationales Helexpo à Salonique avait offert un espace d’exposition symbolique aux hommes d’affaires libanais en septembre 2004 en signe d’encouragement à la communauté libanaise des affaires. Une participation des Libanais avait été cependant impossible en 2005 à la suite de l’assassinat de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri.

« Beaucoup de changements vont être opérés avec la restructuration de la CCIAB. Une coopération entre la CCIAB et l’Association des industriels sera mise en œuvre dans le but de soutenir la promotion des produits libanais et les délégations commerciales libanaises à l’étranger», souligne t-il.

Au sujet des rencontres « Business to business » organisées entre les hommes d’affaires grecs et libanais, Gaby Tamer estime que les prises de contacts sont importantes entre opérateurs même si elles n’aboutissent pas nécessairement dans un premier temps à des résultats tangibles.

« Une idée peut en apporter une autre et les contacts sont toujours importants entre hommes d’affaires », fait remarquer de son côté Joseph Aour, président du syndicat des importateurs de produits agroalimentaires.

Il estime cependant que la Grèce n’est pas assez agressive dans son approche des marchés étrangers à l’instar, par exemple, de la Turquie. En réponse à une question, Joseph Aour estime que les prix des produits grecs de l’agroalimentaire sont suffisamment élevés à la base. À ce phénomène, il faut ajouter la hausse de la parité de l’euro face au dollar, ajoute-t-il.

Beyrouth,03 06 2006
Liliane Mokbel
L'Orient le Jour
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |