Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Les patrons méditerranéens se mettent en réseau

· Le premier forum du sud de la Méditerranée
· Pour une totale intégration, le Maroc doit se réconcilier avec sa région


«LE défi de l’Europe pour la période 2006-2010 est de s’intégrer économiquement avec le sud de la Méditerranée”, explique Adolfo Urso, vice-ministre italien des Activités productives.

L’Italie, désireuse de mettre en place cette volonté d’intégration, a joint l’acte à la parole en organisant le premier forum économique de la Méditerranée. Treize pays de la rive sud ont adhéré à l’initiative qui se déroule les 20 et 21 février à Palerme. L’esprit de la Sicile qui incarne les valeurs ancestrales de la Méditerranée, s’est concrétisé malgré les tensions qui déchirent la région. “Le défi réel de la Méditerranée du Sud est de lutter contre l’ignorance et le fanatisme pour concrétiser les valeurs de la solidarité et de la prospérité économique et sociale”, affirme Gianfranco Fini, vice-Premier ministre et ministre italien des Affaires étrangères. “Le Maroc a adopté le programme d’intégration Euromed depuis le début du processus de Barcelone. Cela se traduit par son engagement délibéré dans les initiatives de cette stratégie de développement et des projets réalisés dans son cadre il y a plus d’une décennie”, a indiqué Hassan Chami, président de la CGEM dans son allocution lors de la séance d’ouverture du forum.

A noter que la délégation marocaine compte une dizaine d’opérateurs répartis entre différents secteurs, dont principalement l’agroalimentaire, le tourisme et le cuir. Elle est également composée de représentants de la CGEM et du ministère des Finances
La cérémonie d’ouverture a réuni plusieurs membres du gouvernement régional et fédéral accompagnés par les présidents des confédérations patronales des pays participants. Plusieurs activités étaient prévues pour la première journée du forum. Les opérateurs économiques avaient rendez-vous avec la visite des principales zones industrielles de Sicile, regroupant des secteurs comme la mécanique (Termini Imerese) de l’agroalimentaire et du marbre (Trapani-Marsala) et la pêche industrielle (Mazara Del Vallo). Les professionnels marocains ont été fortement interpellés par cette activité.
Le célèbre Palais des Normands, où se déroulent les travaux du forum, a abrité, en parallèle, le premier Competitivness Day. Un évènement qui a permis aux délégations de mettre en valeur les opportunités d’investissement de leur pays. La délégation marocaine a choisi de présenter les résultats d’une étude mettant en exergue l’attractivité du Royaume pour les IDE.

Pour sa part, Amrane Obeid, président de la division Crédit au ministère des Finances, a présenté dans un atelier destiné à la restructuration du secteur financier l’expérience de restructuration bancaire au Maroc. Plusieurs délégations ont pris part à cette activité dont principalement celles du Maghreb arabe.

Les travaux d’hier 21 février se sont concentrés sur les réunions bilatérales entre les opérateurs économiques des treize délégations participantes. Les Marocains ont d’ailleurs un calendrier chargé en rendez-vous destinés à développer des partenariats techniques ou commerciaux.

--------------------------------------------------------------------------------

Petits obstacles

BIEN évidemment, la délégation marocaine a saisi cette occasion pour décliner les orientations stratégiques du Plan Emergence, qui définit les grands métiers d’avenir du Maroc, sans oublier les ALE. «En tant que partenaire de la rive sud, notre objectif est de donner un contenu concret à ces accords», regrettant que certains obstacles politiques «entre l’Algérie et le Maroc soient un frein à cette intensification des échanges», conditions nécessaires à la création d’une zone de prospérité commune, rappellera Chami. Il annoncera toutefois qu’avec «nos homologues algériens et tunisiens, nous examinons à Palerme la mise en place d’un observatoire des échanges économiques maghrébins».

Palerme,02 28 2006
Nouaim Sqalli
L'Economiste
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |