Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Les logiciels libres se renforcent au Maroc

· Partenariat de l’éditeur français Madriva avec Liberty Tech
· Le marché marocain encore à la traîne par rapport à ses voisins


CHRISTOPHE Bancilhon, PDG de la société Mandriva (ex- Mandrakesoft), un des trois éditeurs du système d’exploitation Linux, était à Casablanca jeudi 9 février pour marquer le partenariat conclu début 2006 avec Liberty Tech, distributeur exclusif du logiciel libre. Le partenaire commercial, implanté au Maroc depuis décembre 2005, a conduit au préalable une étude de marché couvrant tout le pays afin d’identifier les besoins.

En parallèle, Liberty Tech, installée à Laâyoune et disposant d’un bureau commercial et technique à Casablanca, s’est liée avec Mandrakesoft afin de répondre à la demande. Le distributeur a adopté le Business model propre aux logiciels libres, orienté vers les services et non l’exploitation des droits d’utilisation.

Pourquoi Linux ne décolle pas au Maroc, alors qu’en Tunisie le système est implanté avec succès? Christophe Pellerin, membre fondateur de Liberty Tech avec Isabelle Reydet-Rousselet, indique, notamment, que des tests ont été faits dans le secteur public, mais les résultats sont restés confidentiels. Aujourd’hui, le distributeur affirme que les logiciels libres ont été validés, et les compétences acquises. La volonté de les déployer sur de grands projets a d’ailleurs été manifestée depuis, affirme Pellerin. Les Finances, leader dans la mise à niveau avec l’implémentation dernièrement d’un CRM (Customers relationship management) de la société SAP (cf. www.leconomiste.com), auraient annoncé vouloir évoluer vers le libre, «et ils ne sont pas les seuls au Maroc», avance Pellerin. Et on n’en saura pas plus sur les tractations qui ont eu lieu.

Dans le privé par contre, c’est une autre bataille. Les projets sont rares ou en phase de production. Pellerin déplore un certain attentisme des entreprises face aux NTIC. Les donneurs d’ordre ne disposeraient que de peu d’informations sur le libre, selon lui, et notamment des fausses! Pas de presse spécialisée au Maroc pour faire de la veille explique, à ses yeux, la méconnaissance au sein des entreprises.

Sur le marché, pas de secret: Linux se bat contre le mastodonte Microsoft (Windows). Et notamment sur les prix d’acquisition. Le libre est de 3 à 10 fois moins cher, selon Liberty Tech. Migration massive des serveurs jugée contraignante, formation requise des ingénieurs/cadres sont autant de barrières pouvant expliquer la lenteur de Linux à conquérir des marchés. Les apports du libre, pourtant, sont séduisants: indépendance technologique, création de valeur ajoutée locale, forte réduction des dépenses d’acquisition puisqu’il n’y a pas de licence à payer, moins de piratage et la facture de la maintenance est light puisque Linux ne craint pas les virus.

Casablanca,02 21 2006
Céline Peyrotet
L'Economiste
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |