Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Processus de Barcelone et créativité politique

Sommet euro-méditerranéen des leaders du monde de l'entreprise

Le Conseiller de Sa Majesté le Roi, André Azoulay et le Président de la Generalitat de Catalogne, Pasqual Maragall ont ouvert lundi soir à Barcelone le «Sommet Euro-méditerranéen des Leaders du Monde de l'Entreprise», première manifestation inscrite dans l'agenda officiel de l'Euromed, pour célébrer le dixième anniversaire du lancement du processus de Barcelone, agenda qui culminera avec la Conférence des Chef d'Etats qui se réunira les 27 et 28 novembre, dans la capitale catalane.

Prenant la parole devant près de 300 représentants de haut niveau de la Communauté des Affaires, réunis dans les locaux prestigieux de la Chambre de Commerce de Barcelone, André Azoulay a dit sa fierté de voir «le projet de société mis en oeuvre au Maroc par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, servir de référence pour débattre des enseignements de dix années de construction euro-méditerranéenne et éclairer le chemin qui reste à parcourir, pour ancrer les pays des deux rives de la Méditerranée dans un espace stratégique, politique et institutionnel qui reste largement en devenir».

Le Conseiller de S.M. le Roi, André Azoulay a exprimé sa fierté de voir «le projet de société mis en oeuvre au Maroc par S.M. le Roi Mohammed VI, servir de référence pour débattre des enseignements de dix années de construction euro- méditerranéenne et éclairer le chemin qui reste à parcourir, pour ancrer les pays des deux rives de la Méditerranée dans l'espace stratégique, politique et institutionnel qui reste largement en devenir».

M. Azoulay a tenu ces propos, lundi soir à Barcelone, en ouvrant au côté du Président de la Generalitat de Catalogne, M. Pasqual Maragall, le «Sommet euro-méditerranéen des Leaders du Monde de l'Entreprise», première manifestation inscrite dans l'agenda officiel de l'EUROMED, pour célébrer le dixième anniversaire du lancement du processus de Barcelone, agenda qui culminera avec la Conférence des Chef d'Etats qui se réunira, les 27 et 28 novembre, dans la capitale catalane.

S'adressant à près de 300 représentants de haut niveau de la Communauté des Affaires, réunis dans les locaux prestigieux de la Chambre de Commerce de Barcelone, André Azoulay a mis en relief le triple momentum qui s'agissant du Maroc et de l'EUROMED, donne une tonalité particulière à ces réunions de Barcelone, avant d'évaluer les résultats de ces dix années de construction euro-méditeranéenne.

Momentum maroco-espagnol d'abord avec le «contrat de confiance retrouvé et reconstruit autour d'une dynamique politique et économique qui a vu nos échanges commerciaux progresser de l'ordre de 50% en cinq ans tandis que l'Espagne s'installait aux premières places des pays investisseurs au Maroc».
Momentum maroco-catalan ensuite, avec «aujourd'hui plus de 400 entreprises catalanes opérant au Maroc et une étude de la puissante Chambre de Commerce de Barcelone voit ce chiffre doubler d'ici 2010».

Momentum maroco-européen enfin puisque le Maroc a été, selon M. Azoulay, «le premier bénéficiaire des fonds MEDA entre 1995 et 2005 et que l'Union Européenne reste de très loin le premier client et le premier fournisseur du Maroc ainsi que le premier bailleur de fonds et l'espace régional qui accueille le plus grand nombre de résidents marocains à l'étranger».

C'est partant de ce constat que l'on peut raisonnablement mesurer les acquis et évaluer les déficits du grand chantier euro-méditerranéen lancé en 1995. Parmi ces acquis, le Conseiller de S.M. le Roi a rappelé que le processus de Barcelone, conçu il ne faut pas l'oublier, dans la foulée de la Conférence Economique de Casablanca en 1994, avait le mérite d'être la seule enceinte politique réunissant les pays des deux côtés de la Méditerranée.

«Principal pôle d'ancrage économique pour le sud-méditerranéen, le processus de Barcelone a également induit un vaste mouvement de réformes et de modernisation socio-économique qui a généré et installé une logique de la remise à niveau pour les services publics, l'entreprise et le tissu associatif».

Dans ce contexte, M. Azoulay a mis en perspective la sensibilité particulière que l'Europe avait manifestée tout au long de ces dix années, vis-à-vis du monde arabo-musulman, au Maghreb, au Moyen-Orient et de façon plus générale, sur la scène internationale.

«L'Union Européenne a été moins frileuse que d'autres pour résister aux vicissitudes de la conjoncture et aux tentations de la culture de l'affrontement ou du repli identitaire et spirituel», a ajouté M. Azoulay en soulignant l'importance du chantier ouvert par l'Espagne pour l'Alliance des Civilisations, en contrepoint aux thèses et aux tenants du Choc des civilisations.

«Ces acquis qui sont substantiels ne doivent pas pour autant masquer les déficits qui continueront de fragiliser et de freiner la construction euro-méditerranéenne» a poursuivi le Conseiller de S.M. le Roi, déplorant que vu de Bruxelles, ce chantier n'est toujours pas une priorité stratégique, dans la mesure où les pays partenaires n'évoluent pas encore dans une perspective historique et géopolitique qui donnerait à cet ensemble, la cohérence et la crédibilité d'une communauté de destins, d'intérêts et de moyens.

Dans le même esprit, M. Azoulay a insisté sur l'énorme travail pédagogique qui reste à faire pour que les opinions publiques européennes se mettent au diapason de leurs exécutifs s'agissant de la nécessaire adhésion populaire à ce grand dessein euro-méditerranéen, notamment dans ses aspects humains, culturels et spirituels.

Il faut donner aux sociétés civiles, des deux côtés de la Méditerranée, les moyens de s'approprier ce projet de société et c'est dans cette perspective que Barcelone II aura à faire preuve de créativité et d'ingénierie politique en proposant par exemple la mise en place d'une Communauté méditerranéenne du partage du savoir, d'un Forum recentrant la problématique de l'émigration ou d'un marché intérieur méditerranéen complété, revu et corrigé pour donner à la zone de libre-échange, ses meilleures chances de pérennité et d'équité.

Pour M. Azoulay, cette approche par cercles concentriques complémentaires, dédiés aux dossiers les plus sensibles et les plus urgents, aidera les acteurs du chantier euro-méditerranéen à prendre conscience du poids et des atouts d'un ensemble politique, économique, culturel et spirituel qui avec plus de 700 millions de consommateurs et de prescripteurs, peut apporter à l'Europe de demain, plus de croissance, plus de stabilité, plus de sécurité et une place majeure retrouvée sur l'échiquier international.

De son côté, M. Maragall, a fait l'historique du processus de Barcelone II consacrant l'essentiel de son propos à la création d'une Banque Euro- Méditerranéenne de Développement qu'il a qualifiée de «structure décisive pour l'intégration économique régionale».

Ce sommet des Chefs d'Entreprise qui a terminé ses travaux mardi soir, soumettra à l'approbation des participants, une déclaration qui sera ensuite versée au dossier de la Conférence des Chefs d'Etat de l'EUROMED.

Barcelone,12 05 2005
Rédaction
Le Matin
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |