Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Maroc - Festival du film de Marrakech - Scorcese et Amidou, les grands hommages

· Une ouverture du festival tout en émotion
· Le cinéma du Moyen-Orient ouvre le bal pour les compétitions
· Pas moins de 124 œuvres projetées


Moins de monde que l’année dernière à l’ouverture de la cinquième édition du Festival du film de Marrakech (FIFM) et plusieurs absents du côté des people: Monica Belluci ou encore Léonardo Di Caprio.

Mais Scorcese, Deneuve, Annaud étaient là. Il faut dire que le festival est programmé sur 9 jours et l’on verra certainement d’autres stars d’ici la clôture. C’est la jeune humoriste marocaine, Rachida Khalil (qui fait actuellement un tabac en France), qui a assuré la tâche de maîtresse de cérémonie à l’ouverture, habillée d’un somptueux caftan.

De leur côté, tous les artistes marocains ont répondu présents. Souvent critiqué sur ce point, le comité d’organisation a tenu cette fois-ci à inviter toute la profession nationale. Il a toutefois donné la part belle au grand réalisateur Martin Scorcese. Ce dernier le lui a bien rendu. Il anime un atelier de formation de cinéastes à Marrakech depuis plusieurs jours (cf. www.leconomiste.com) et n’a pas tari d’éloges sur le Maroc, sa musique et sa culture. Scorcese devait participer au FIFM du temps de feu Toscan Du Plantier. Un contretemps à l’époque l’en avait empêché. Il fait également partie du petit cercle de cinéastes américains qui ont tourné des œuvres au Maroc: en 1997 avec le film «Kundun» et dans les années 80 «La dernière tentation du Christ», film pour lequel il avait fait appel à la musique de Nass El Ghiwan. Et c’est justement ce groupe qui a accompagné l’entrée du cinéaste à l’ouverture du festival, une surprise spéciale selon le comité d’organisation.

Le trophée d’hommage lui a été remis par une actrice française qu’il apprécie énormément, Catherine Deneuve, qui, selon lui, est l’une des rares actrices à avoir compris «que pour faire rêver, une star doit rester sur l’écran et ne jamais descendre dans la rue». At last, but not least, Scorcese a été décoré lors du dîner officiel royal.

Et toujours du côté des hommages, un trophée a été décerné à l’acteur marocain Amidou qui a fait carrière en France. Emu, Amidou a touché plus d’un, lorsqu’il a dédié son trophée à son fils, mort brutalement dans un accident de route, il y a moins d’un an.

Avec celui de Abbas Kiarostami, cinéaste iranien, ce seront les seuls hommages de cette édition. Car les enjeux de la 5e édition sont ceux du cinéma, indique Bruno Barde, directeur artistique du festival. Cette année, plus que les autres, le festival donne place aux films. Pas moins de 124 œuvres (deux fois plus que l’année précédente) seront projetées tout au long du festival.

Le FIFM a en effet concocté une programmation variée avec l’apparente volonté de répondre aux goûts des festivaliers. 16 films sont en lice cette année.

Et c’est au jury, présidé par le réalisateur français Jean-Jacques Annaud, auprès d’autres membres comme Deepa Mehta (Coup de foudre à Bollywood), du Coréen Kim Jee Woon, que revient la lourde tâche de trancher. Les 16 films sont en course pour L’Etoile d’Or, un prix du Jury et des trophées aux meilleures interprétations féminines et masculines. Très sérieux, le jury s’est mis au travail dès le lendemain avec trois films à visionner par jour. Premiers à ouvrir le bal, « Bab al Makam», du réalisateur syrien Mohamad Malas qui s’intéresse au crime d’honneur, et «Man push cart» du metteur en scène iranien, Ramin Bahrami, qui raconte l’histoire d’un colporteur pakistanais à New York cherchant à modifier son destin. Dimanche, ce fût le tour de C.R.A.Z.Y, du jeune Québécois Jean-Marc Valley et enfin le film El Ayel du Tangérois Mohamed Smihi. Il raconte l’histoire d’un enfant de 10 ans, solitaire, troublé par le monde qui l’entoure, notamment les rigueurs de l’éducation religieuse et le jansénisme européen.

C’est le seul représentant du Maroc, «qui a pourtant produit cette année une douzaine de films, dont au moins 6 sont inédits», déplore Saâd Chraïbi, cinéaste marocain.

--------------------------------------------------------------------------------

Comme si vous y étiez!

· Où fallait-il être?

Aux soirées bien entendu, pour faire partie des «très très VIP» du festival, au dîner royal donné traditionnellement chaque an à l’occasion du festival, à la soirée du Pacha à l’ouverture (où il y avait trop de monde), au bar de la Mamounia (entrée avec un passeport spécial) ou encore au Lounge club Med sur invitation du club ou du magazine Couleurs Marrakech. D’autres soirées sont au programme durant les prochains jours. A suivre!

· Sécurité: «Je ne fais que mon travail!»
Un VIP de Marrakech a été arrêté à l’entrée du Palais des congrès par un agent de sécurité. Et pour cause, cette personnalité n’avait pas d’invitation. Malgré les interventions et les explications des services du protocole de la wilaya (au bord de l’énervement), l’agent de sécurité est resté inébranlable... Mais après tout, il ne faisait que son travail.

· Bon point pour l’organisation
La mise en scène de la cérémonie de l’ouverture a été pour cette 5e édition parfaite, avec un décor rappelant la boiserie et l’artisanat marrakchis. Presque un zéro défaut. Une grosse surprise est réservée à la soirée du panorama du cinéma espagnol, indique-t-on. Bravo aussi à l’équipe de la Fondation du festival qui se démène depuis 5 mois à Marrakech.

Casablanca,11 21 2005
Badra Berrissoule
L'Economiste
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |