Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Euromed et les médias - La migration clandestine s’invite à Barcelone

· Une centaine de médias des deux rives à Marseille
· Dur de se comprendre, mais on y arrive
· Pays du Sud: «De grâce, unissez-vous!»


Dur dur de se comprendre! Pourtant, il va falloir apprendre à le faire pour créer cet espace commun «de paix et de prospérité».

Se sont livrés à l’exercice une centaine de représentants de médias européens (10 pays) et méditerranéens (14 pays dont le Maroc), invités par la ville de Marseille et la Commission européenne, les 17 et 18 octobre. C’est la deuxième réunion avant la rencontre des chefs d’Etat les 27 et 28 novembre à Barcelone.

Il y a eu autant d’interventions que de systèmes de représentation. Les grands thèmes abordés ont concerné le traitement médiatique de la réalité du partenariat euroméditerranéen, la liberté d’expression et la migration.

Comment les médias peuvent-ils contribuer à rendre visible l’Euromed? Sont-ils de simples vecteurs d’information ou doivent-ils donner un «visage humain» à une «abstraction diplomatique»? Sur la tribune des intervenants du colloque euroméditerranéen des médias, un petit drapeau européen entouré d’un foisonnement de drapeaux méditerranéens. C’est le symbole de ce partenariat lancé en 1995 sous le nom du processus de Barcelone. Parce qu’ainsi aussi est la configuration de ce long processus: l’UE reste au centre et entre les pays qui l’entourent, il n’y a pas encore de fil directeur. Comme le dit le diplomate espagnol Juan Prat, «dans tout cela, on parle de tout sauf de la Méditerranée».

L’Europe ne sait presque plus où donner de la tête. De la Syrie au Maroc, il y a tellement de différences. Les quelque 20 milliards d’euros mobilisés par l’UE entre prêts et dons (selon l’ambassadeur français chargé du processus euroméditerranéen François Gouyette) sur la décennie est un argument qui n’étanche pas les critiques et le scepticisme. Beaucoup de malentendus et de quiproquos sur le bon usage de ce processus demeurent.

Pour Laura Baeza, chef d’unité à la direction des Relations extérieures de la Commission européenne, «il est temps au 4e pouvoir de se manifester». Sauf que les médias ne sont que le reflet de l’opinion publique, rappelle le directeur de l’Iris (Institut des relations internationales et stratégiques), Pascal Boniface. Reprenant la formule de Kissinger, «l’Euromed, quel numéro de téléphone?» demande-t-il.

Si on a du mal à personnifier et à symboliser le processus de Barcelone, peut-être est-ce parce qu’il est devenu gênant alors qu’il a été lancé dans une période d’optimisme. Car, poursuit Boniface, on accuse aujourd’hui l’Euromed de tous les maux, et on voit mal la communauté qui le représente. Il propose par ailleurs d’organiser un rendez-vous annuel des journalistes des pays concernés (35) pour «créer des liens de socialisation et une avant-garde entre le Nord et le Sud».Pour le directeur de la Bibliothèque nationale de Rabat, Driss Khrouz, «les élites qui portent le projet sont en panne. Or, un projet de civilisation, s’il n’est pas porté par ces élites ne peut aller loin».

· Fuite des capitaux: 200 milliards de dollars

Les participants au colloque proposent de mettre en place des plates-formes d’échange entre journalistes, entre les jeunes des deux rives, mais aussi entre les pays du Sud. Des débats «chauds» ont eu lieu sur la démocratie dans ces pays qu’on colorie souvent à tort en «pays arabes» d’un bloc, cela, non sans rappeler la vision globalisante des Etats-Unis avec son projet du Grand Moyen-Orient (Middle Est Partnership Initiative) et des susceptibilités politiques entre les pays qui bloquent fatalement les opportunités d’échange.

D’ailleurs, le chercheur et chroniqueur pour L’Economiste, Francis Ghilès, a bien rappelé que dans ces pays, il s’agit d’accepter les règles d’investissement pour attirer les investisseurs. Cela en réponse à une intervention d’un média du Sud, qui a critiqué «le manque d’investissements de l’UE dans la rive Sud». D’ailleurs, cet état d’esprit d’assisté a exaspéré une diplomate britannique. Pour elle, si l’UE ne faisait que soumettre aux pays partenaires des projets d’accord, c’est uniquement parce qu’il y a un déficit de force de proposition de la part desdits pays.

Ghilès, lançant un vrai pavé, a rappelé un phénomène qu’on connaît bien au Maroc: la fuite des capitaux. «De la Syrie au Maroc, plus de 200 milliards de dollars de capitaux sont mis dans des paradis fiscaux», dit-il.

Si les pays du Sud ont du mal à se relever, à se réunir, ils n’ont qu’à s’en prendre à eux-mêmes, les règles du jeu économique étant tout à fait connues… et tant pis pour nous! semblent dire ces messages.

--------------------------------------------------------------------------------

Observatoire de la liberté de presse

Le journaliste syrien Ali Atassi a, dans son intervention, dénoncé la situation d’atteinte à cette sacro-sainte liberté (souvent confondue avec liberté d’expression) dans son pays. Il a suggéré la mise en place d’un observatoire de la liberté de presse dans toute la région. L’observatoire devrait concerner autant les pays du Nord que ceux du Sud. Comme l’ont expliqué deux journalistes (grec et marocain), les fondamentaux et la déontologie de l’exercice de la presse sont menacés, y compris aux Etats-Unis, en France, en Allemagne. D’ailleurs, la World Association of Newspapers s’en est à plusieurs reprises inquiétée.

Casablanca,10 24 2005
Mouna Kadiri
L'Economiste
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |