Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

L'Europe veut-elle vraiment s'élargir vers le Sud?

Pour Frédéric Grasset, ambassadeur de France à Rabat, c'est possible théoriquement.

C'est une assistance nombreuse qui a assisté à l'intervention de l'ambassadeur de France au Maroc, Frédéric Grasset. Ce dernier a été l'invité, hier 28 janvier, de l'UFR des sciences administratives de la Faculté de droit de Rabat-Agdal. Plusieurs étudiants et professeurs ont tenu à participer à cette conférence qui se déroule dans un contexte politique et économique riche en actualités: l'Iraq, les négociations entre le Maroc et l'Union européenne…

L'intervention de Grasset a été axée sur les relations entre le Maroc et la France certes, mais tout en tenant compte de l'importance de l'espace euro-méditerranéen.
Pour l'ambassadeur, "l'analyse des rapports qu'entretiennent nos deux pays indissociable de la relation globale euro-méditerranéenne".

Après l'élargissement de l'Union européenne vers plusieurs pays de l'Est, les Etats du sud de la Méditerranée, essentiellement ceux du Maghreb, s'interrogent sur la place qu'ils occupent dans l'agenda européen. Grasset reconnaît que l'Union européenne, dans ses rapports avec les partenaires du Sud, procède de manière "verticale et non pas globale". En d'autres termes, la coopération euro-méditerranéenne demeure plurielle et ne semble pas concerner un groupe de pays déterminé comme le Maghreb, par exemple. En matière d'effort financier, les Européens qui ont soutenu la mise à niveau économique et institutionnelle des pays de l'Est, sont aujourd'hui dans l'incapacité de faire de même pour les pays du Sud. Et ce pour des raisons économiques évidentes, estime l'ambassadeur: l'Europe traverse une crise actuellement. En tout cas, Grasset assure qu'il n'y a pas d'incompatibilité théorique entre élargissement vers l'Est et instauration d'une coopération globale avec les pays du Sud.

Pourquoi théoriquement? Car, tout simplement, dans la pratique, les choses sont beaucoup plus compliquées. En effet, les différents gouvernements de l'Union n'ont pas tous la même vision concernant la coopération euro-méditerranéenne. La France est l'un des rares pays à soutenir le renforcement de la coopération euro-méditerranéenne et la mise en place, à terme, d'un véritable "processus d'intégration".

Manifestement, cette question n'est pas la seule à diviser les Etats européens. C'est le cas également de l'affaire irakienne. Frédéric Grasset constate que ce sont les Etats-Unis qui jouent "le rôle d'arbitre en cas de divergence de ce type entre Etats de l'Union". Cette "hyperprésence" américaine s'explique aisément. Les Etats-Unis ont les moyens militaires nécessaires pour imposer leur vision politique. En revanche, les Européens n'ont qu'une seule référence: le politique. Grasset estime que pour constituer un véritable contrepoids, l'Union européenne doit disposer, en plus de sa vision politique, d'une réelle force militaire. Ce qui n'est pas le cas actuellement. L'ambassadeur a rappelé que la France milite au sein de l'Organisation des Nations unies (ONU) pour l'instauration "d'un processus de conduite raisonné et raisonnable". Il s'agit en fait de garde-fous, d'instruments juridiques… permettant de freiner les ardeurs des hyperpuissances. A l'heure actuelle, cette proposition ne semble pas séduire beaucoup d'Etats.

Maroc/Algérie: La démocratie comme préalable

Il est intéressant d'étudier les relations maroco-algériennes, en s'inspirant du modèle franco-allemand. Ces deux pays, que tout divisait, ont réussi non seulement à instaurer la paix entre eux, mais également à être les précurseurs de la construction européenne. Toutefois, le dialogue entre Français et Allemands n'a été possible que grâce à la confiance, considérée comme un corollaire de la démocratie. Un cas à méditer.


Casablanca,02 04 2003
Abdelmohsin EL HASSOUNI
L'Economiste
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |