Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Barcelone et la culture ? Un rendez-vous manqué ! - Par Thierry Fabre*

Le fondateur des Rencontres d'Averroès et de la revue La Pensée de Midi, dresse un bilan bien ,peu optimiste des dix années du Processus de Barcelone, mais aussi des possibilités, dans les conditions politiques actuelles, d'infléchir le mouvement.

Comment la culture a-t-elle été intégrée à Barcelone ?

Dès 1995, lors de la préparation du Processus de Barcelone, l'objectif d'une euroméditerranée culturelle visait à obtenir de véritables financements alors que le volet culture avait été rajouté au dernier moment. Au vu du document né du Forum civil de Barcelone, beaucoup de projets significatifs auraient pu voir le jour.
Mais, paradoxalement, le démarrage du Processus a arrêté les projets existants de coopération décentralisée sans lancer les autres. Il faudra attendre trois à cinq ans après la signature de Barcelone pour voir démarrer Euromed héritage et Euromed audiovisuel.

Qu’en est-il de la Fondation Anna Lindh ?
La Fondation Anna Lindh pour le dialogue entre les cultures, inaugurée en avril 2005, nait lors de la Conférence de Valence.
Elle représente la première réalisation commune, et la première institution au sud, en lien avec la bibliothèque Alexandrina. La promesse qu'elle constitue sera-t-elle tenue ? Elle est dotée de si peu de moyens et d'ambitions si larges?
Pour l'instant, elle donne plutôt l'impression de permettre aux politiques de se dédouaner. Elle est en même temps très importante et très marginale au vu de son budget : 2 M€ par an rapportés à l'échelle de 35 pays ! Et seulement 5 M€ de l'Union européenne.
Quant à son indépendance : son conseil d'administration est constitué du Comité Euromed, alors que le processus de Barcelone devait favoriser les initiatives de la société civile ? Avec des moyens, la Fondation pourrait porter des projets significatifs, au moins une dixaine la première année, puis monter en charge progressivement en s'appuyant sur des acteurs compétents.
A l'inverse, le risque est grand d'en faire une sorte d'Unesco ne s'intéressant qu'à quelques opérations phares.

La culture a-t-elle finalement trouvé sa place dans Barcelone ?
Le troisième volet du dialogue aurait dû être le premier.
Celui qui aurait pu définir une vision commune est resté assez incantatoire. Longtemps les acteurs ont attendu une action politique significative en la matière. Mais l'Europe, par rapport à la dimension culturelle, a été un peu marchande d'illusions, n'en n'a pas vu la dimension stratégique et politique. Et malgré les attentats de New York et de Madrid, elle reste muette sur le monde méditerranéen. Face à l'ambition de créer les conditions de projets communs, de définir les termes de la compréhension, des centaines d'opérateurs ne trouvent pas les moyens d'agir, et les artistes sont nombreux, au sud, qu'il faut aider à être des acteurs de l'ouverture face aux replis identitaires, à la montée de la peur et des menaces?

Comment voyez-vous ,arriver l’anniversaire de Barcelone ?
Célébrer le partenariat euroméditerranéen ? On ne célèbre pas un échec ! Pour l'essentiel c'est un rendezvous manqué. Le bilan est faible et les perspectives pas ,tracées. La seule réunion des ministres de la Culture que je connaisse a eu lieu à Bologne en 1999. Il n'y a ,pas d'impulsion multilatérale et l'on n'en voit pas venir, ni d'où elle serait portée. En dix ans, par exemple, pas une action sur le livre, pas grand chose de significatif sur la musique? Pourtant on aurait pu avoir, par exemple, une véritable politique du livre à petit prix face à l'invasion de la littérature islamiste.
Le partenariat euroméditerranéen doit être refondé et la dimension culturelle plus encore. L'espoir est peut-être dans une pensée critique appliquée à la définition ,d'une vision du monde partagée et d'un avenir commun. Au risque sinon de rester sur des projets de circonstance et une vision néocoloniale du partenariat, un partenariat sans véritables partenaires. Il faut lui donner du souffle et du sens !

* Thierry Fabre
Représentant pour la France de la Fondation Anna Lindh pour le dialogue entre les cultures


Marseille,10 03 2005
Thierry Fabre
Medcoop
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |